7 minutes de plaisir - Le livre

Publié le par Eddy


Louise Bourgoin


En France, depuis le 1er janvier 2008, la cigarette est bannie des lieux publics. Finies les salles de concert enfumées, les mégots piétinés le long des bars ou les nuages de fumée qui venaient accompagner la fin d’un repas au restaurant.

Curieusement, j’éprouve un sentiment de nostalgie de cette époque. Je dis curieusement, car je n’ai jamais fumé et encore moins ressenti un plaisir particulier à me retrouver dans des endroits enfumés. Pourtant, visuellement, la cigarette me manque.

Elle a cette propriété fantastique de conférer au sujet photographié, ou filmé, n’importe quel état d’esprit. Elle va même au-delà. Elle se suffit à elle-même pour raconter une histoire : « La pièce était sans vie, à l’exception d’une cigarette qui se consumait à son rythme dans un cendrier… »

La clope représente la « coolitude », l’indépendance, le glamour, la sensualité mais aussi la provocation, la rébellion contre l’interdit, la décadence, le vice ou encore la mort.

Une fois allumée, un spectacle se met en place. En se consumant, elle laisse échapper une fumée bleuâtre qui danse au rythme du moindre déplacement d’air. Le bout de la cigarette s’embrase, on tire dessus ! C’est maintenant à la bouche du fumeur d’envoyer une nouvelle chorégraphie. C’est un tango, une valse ou un rock. C’est aussi une comédie, un drame, une aventure, une histoire d’amour.

La cigarette est un objet esthétique et un objet de plaisir. C’est certainement pour cette raison que je n’ai rencontré quasiment aucune réticence à l’égard de mon projet, et que de nombreux non-fumeurs se soient prêtés au jeu de 7 minutes de plaisir.

Parce que quoi qu’on en dise, même si fumer n’est pas bon, fumer rend, hélas, beau.

 

le site 7 minutes de plaisir

Publié dans Publicité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article